REVALORISER LES CARRIÈRES DES PERSONNELS PARAMÉDICAUX : LA MISE EN ŒUVRE DES ACCORDS DU SÉGUR DE LA SANTÉ CONTINUE

 

Le 25 mars 2020 à Mulhouse, dans un département particulièrement touché par l’épidémie, le Président de la République a pris l’engagement qu’« à l’issue de la crise, un plan massif d’investissement et de revalorisation de l’ensemble des carrières sera construit pour notre hôpital et notre système de santé ».

En juillet 2020, après 50 jours de travaux animés par Nicole Notat, le Premier ministre Jean Castex et le ministre des Solidarités et de la Santé Olivier Véran, signaient les accords du Ségur de la santé avec une majorité d’organisations syndicales représentant d’une part les professions non médicales (FO, CFDT, UNSA) et d’autre part les personnels médicaux de l’hôpital public (INPH, SNAM-HP, CMH, et la Fédération hospitalière de France.).

Premier engagement de ces accords du Ségur, l’augmentation de la rémunération des métiers du soin a été mise en place dès la fin de l’année 2020 avec :

  • La revalorisation d’1,5 million de professionnels des établissements de santé et des établisse- ments d’hébergement des personnes âgées dépendantes (Ehpad) de 183 euros net de plus par mois ;
  • La revalorisation et l’extension de l’indemnité de service public exclusif, pour l’ensemble des médecins travaillant à l’hôpital public
  • La revalorisation des indemnités de stage pour les étudiants paramédicaux, les étudiants en santé (médecine, maïeutique, orthodontie et pharmacie de deuxième cycle) et les internes, ainsi que l’augmentation des indemnités de gardes pour ces derniers ;
  • La revalorisation des débuts et des fins de carrière des médecins hospitaliers.

L’ensemble de ces mesures représentant près de 9 milliards d’euros supplémentaires par an dédiés au financement des rémunérations des personnels œuvrant à l’hôpital et dans les Ehpad pour la santé des français.

Par ailleurs, en mars 2021, le Premier ministre et le ministre des Solidarités et de la Santé ont également présenté le plan d’investissement prévu par le Ségur de la santé. Doté de 19 milliards d’euros, ce plan renforce comme jamais le système de santé en y investissant plus sur les 10 prochaines années que lors des 20 dernières années. Comprenant à la fois le soutien à des projets de santé de grande ampleur, la reprise de la dette des établissements en difficulté financière et l’investissement dans les besoins du quotidien des hôpitaux, ce plan s’accompagne également d’un changement radical dans la prise de décision des investissements, avec la volonté affichée d’accompagner les projets et de donner plus de place aux territoires et au médical.

Le 12 avril 2021, à l’occasion de la réunion du comité de suivi du Ségur de la santé et de l’ensemble de ses parties prenantes, le Gouvernement a présenté la deuxième étape des accords du Ségur de la santé, prévoyant la revalorisation des carrières pour les soignants paramédicaux.

 

RECONNAÎTRE L’ENGAGEMENT DES SOIGNANTS PARAMÉDICAUX ET SUSCITER LES VOCATIONS

 

Au-delà des augmentations de rémunération pour les soignants aujourd’hui, les accords du Ségur de la santé prévoient également la revalorisation des carrières des soignants paramédicaux, en se fixant deux objectifs : le premier, donner des perspectives d’évolutions de rémunération pour les soignants qui soient à la hauteur de leur engagement ; le second, susciter des vocations et attirer les nouvelles générations vers des métiers du soin rendus plus attractifs.

Ces revalorisations des grilles de rémunération ont fait l’objet d’échanges réguliers et soutenus entre les services du ministère et l’ensemble des organisations syndicales représentant les professions paramédicales dans les établissements de santé signataires des accords. Elles concerneront l’ensemble des personnels soignants (aides-soignants, infirmiers, infirmiers spécialisés, cadres de santé) ainsi que les professionnels médico-techniques et de la rééducation (kinésithérapeutes, manipulateurs radio, ergothérapeutes, orthoptistes, orthophonistes, psychomotriciens ou encore pédicure-podologues).

Au total, ce sont plus de 500 000 professionnels qui interviennent tous les jours dans les établissements sanitaires, médico-sociaux ou encore dans les services sociaux de la fonction publique hospitalière qui sont concernés. Dès 2022 ce sont l’ensemble de ces professionnels, salariés d’une structure publique de l’État ou rattachée à une collectivité locale ainsi que ceux du secteur privé, qui verront leur carrière revalorisée. La mise en œuvre de ces revalorisations de grille représente un investissement financier de 740 millions d’euros en année pleine.

 

AUGMENTATION GLOBALE DES REMUNERATIONS DU SECTEUR DE L’AIDE A DOMICILE

 

L’avenant 43 est une réforme qui permet de revaloriser les salaires. Il faut savoir que depuis 2002 il n’y avait pas eu de réforme de cette importance et que chaque année les salariées perdaient du pouvoir d’achat. A partir du 1er octobre et dès un an d’ancienneté, les aides à domicile pourront bénéficier des revalorisations salariales. La nouvelle grille tiendra compte de l’expérience des salariés, du diplôme, de l’ancienneté, des formations. La hausse des salaires sera de l’ordre de 13% à 15% et concernera les 220 000 salariés de la branche de l’aide, de l’accompagnement, des soins et des services à domicile du secteur associatif.