La garantie de revenu de 900 euros pour certains travailleurs en difficulté prolongée jusqu’à la fin mai

L’aide exceptionnelle créée en novembre pour garantir un revenu mensuel de 900 euros net aux travailleurs précaires est prolongée de trois mois, soit jusque fin mai, a annoncé lundi la ministre du Travail, Elisabeth Borne, dans un communiqué à l’AFP.

Cette aide, qui a déjà bénéficié à 400.000 personnes, permet à toutes celles qui ont travaillé au moins 138 jours en CDD ou en intérim (soit plus de 60% du temps de travail annuel) en 2019, mais qui n’ont pas pu travailler suffisamment en 2020 pour recharger leurs droits à l’assurance-chômage du fait de la crise liée à l’épidémie de Covid-19, de bénéficier d’une garantie de revenu minimum de 900 euros par mois. Elle est versée automatiquement par Pôle emploi aux demandeurs d’emploi qui remplissent les critères fixés par un décret du 30 décembre. 

Cette aide avait été annoncée fin novembre par Jean Castex et doit bénéficier notamment aux saisonniers ou travailleurs de l’événementiel. Pôle emploi a également adressé un courrier à plus de 100.000 bénéficiaires potentiels qui doivent encore fournir des documents complémentaires pour pouvoir percevoir cette aide. 

« Compte tenu des incertitudes liées à l’évolution de la situation sanitaire et des difficultés actuelles du marché du travail, j’ai souhaité que cette aide soit prolongée jusqu’à l’été pour protéger les travailleurs précaires. Celles et ceux, qui travaillaient beaucoup en 2019 mais enchaînaient des contrats courts, ont été fortement pénalisés avec la crise », a expliqué Elisabeth Borne. 

Assouplissement des critères pour intégrer le dispositif « Garantie Jeunes »

Ce dispositif structuré par les Missions Locales permet aux jeunes de 16 à 25 ans, qui ne sont ni en emploi, ni en études, ni en formation de suivre un parcours d’insertion intensif tout en percevant une allocation de 497 euros maximum. Selon la Dares, fin 2019, 43% des bénéficiaires avaient accédé à un emploi, un contrat d’alternance, une formation ou une création d’entreprise.

Un jeune souhaitant bénéficier de cette aide n’aura plus besoin d’être fiscalement autonome du foyer de ses parents. La durée du parcours pourra s’étendre jusqu’à 18 mois (contre 12 aujourd’hui) et les jeunes en situation de handicap pourront intégrer le dispositif jusqu’à 30 ans.

Renforcement du dispositif d’aides en faveur des jeunes de moins de 25 ans

La ministre déléguée au logement, Emmanuelle Wargon, a annoncé ce lundi 15 février « un petit coup de pouce à l’installation, bienvenu dans cette période ». Il s’agit d’une aide de 1000 euros à destination des jeunes actifs pour leur premier logement ou leur premier bail.

Les jeunes de moins de 25 ans et les personnes en alternance ou en contrat d’apprentissage sans limite d’âge, dont le salaire est inférieur à 1300-1400 euros net par mois, pourront en bénéficier via la plateforme ActionLogement.fr.