La création du Conseil de défense écologique (CDE) avait été annoncée par le Président de la République lors de sa conférence de presse du 25 avril dernier dans le cadre des mesures post-Grand débat.

En ouvrant le CDE en présence de 13 ministres, le Président de la République a affirmé que, « sur l’écologie, le temps n’est plus à la parole », mais à celui « des « décisions très concrètes » sur le climat.

Les annonces principales du premier Conseil de défense écologique  :

  • L’arrêt définitif du projet « Montagne d’Or » en Guyane, qui prévoyait une immense mine d’or à ciel ouvert.
  • La réforme du Code minier (imposant des contraintes environnementales aux projets miniers) présentée en décembre.
  • Un observatoire de l’artificialisation des sols en vue d’un calendrier pour aller vers le « zéro artificialisation ».
  • Une « démarche de budget vert » en évaluant ses décisions budgétaires au regard des engagements environnementaux.
  • Le « déficit d’investissement verts » est de l’ordre de 20 milliards d’euros par an, selon F. de Rugy.
  • De nouveaux prêts de 3 Mds€ de la Banque des territoires aux collectivités pour financer des projets de mobilité du quotidien.
  • Une hausse d’1 Md€ des prêts dédiés à la rénovation énergétique des logements sociaux.

🇪🇺 La transition écologique compte parmi les priorités du programme de Renaissance pour les Européennes.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Share This