Carte scolaire : imaginons le futur de nos écoles

La baisse démographique qui se confirme en Dordogne est un enjeu majeur à relever pour notre école. Nous arrivons à un moment où il est indispensable de repenser une offre de qualité au plus près des besoins des enfants, des familles et des réalités des communes. Dans les prochaines semaines, je travaillerai aux côtés des maires de regroupements pédagogiques intercommunaux concernés pour que s’engage une démarche commune en vue d’un maillage pertinent pour les écoles et les services à destination de l’enfance : garderies, crèches, Maisons d’assistants maternels (MAM), centres de loisirs.

Ce travail est indispensable pour préparer l’avenir. Pour la prochaine rentrée scolaire, les grandes lignes de la carte scolaire sont aujourd’hui connues. Avec un nombre d’élèves en baisse importante dans le premier degré, le nombre de postes d’enseignants est encore préservé. Avec 650 élèves de moins à l’école primaire à la rentrée prochaine, une trentaine de postes auraient pu partir en Gironde où les effectifs augmentent fortement.

Seize classes de CP dans les réseaux d’éducation prioritaire sont dédoublées en Dordogne dont sept dans la circonscription, à Église-Neuve-de-Vergt, Condat-sur-Vézère, La Douze, Terrasson (deux postes), Vergt et Le Lardin-Saint-Lazare. Ainsi se matérialise une des priorités du ministre de l’Education nationale Jean-Michel Blanquer d’assurer 100% de réussite en cours préparatoire.

En contrepartie la direction académique des services départementaux a fait le choix de déplacer sept enseignants dans la circonscription en retirant un poste dans des écoles et RPI (regroupements pédagogiques intercommunaux) à faible effectif et qui n’avaient pas signé de convention de ruralité en 2016 ou 2017 : Campagne, Vézac, Châtres, Auriac-du-Périgord, Borrèze, Saint-Rabier et Sagelat. Il est toujours douloureux de voir fermer une classe dans une école où tout semble fonctionner parfaitement. La classe de Saint-Cybranet a pu être préservée pour une année encore, les services de l’Education nationale ayant été sensibles au fait que plusieurs enfants en difficulté sociale sont accueillis au sein du RPI. La classe de Saint-Geniès, un temps proposée à la fermeture, est également maintenue. D’autre part, sept postes sont mis en réserve pour des ajustements à la rentrée prochaine.

On doit noter que la Dordogne bénéficie malgré tout du taux d’encadrement le plus favorable des 5 départements de l’académie de Bordeaux et les syndicats d’enseignants ont reconnu que malgré les mesures de fermeture, les classes ne seront pas trop chargées. Les municipalités qui ont commencé à s’engager dans une démarche de réflexion sur leur future organisation scolaire ont bénéficié d’un regard bienveillant de la part de la direction des services départementaux. C’est aussi pour cette raison qu’un travail de réflexion et d’anticipation doit être mené.

L’enjeu est bien de rester acteurs de la futur géographie scolaire et de services dans nos zones rurales, en relevant le défi de la qualité.

Jacqueline Dubois
Députée de Dordogne
Sarlat le 20 février 2018
Share This